Le Chevalier Errant de G. R. R. Martin



Titre : Le Chevalier Errant – The Hedge Knight, A Tale of the Seven Kingdoms
Série : Préludes au Trône de Fer
Auteur : George R. R. Martin
Traduit par : Paul Benita et Jean Sola, de l'américain
Illustration de couverture : Olivier Frot
Éditeur :  édition J’ai Lu, également disponible aux éditions Pygmalion
Date de sortie : 1998 pour la sortie d'origine, 2004 pour la version révisée, 2001 en France aux éditions J’ai Lu dans les anthologies Légendes, puis 2003 aux éditions Pygmalion dans Légendes de la Fantasy – Tome 1, 2009 pour Préludes au Trône de Fer
Nombre de pages : 110, mais suivi de la deuxième nouvelle L’Épée Lige
Nombre de volumes : 1 volume
Format : poche
Prix : 6,40 euros


Résumé :

Dunk, ancien écuyer de 16 ou 17 ans, est en route pour Sorbier où aura lieu un tournoi qui lui permettra de prendre des galons. Quelques jours auparavant, Ser Arlan de Pennytree, chevalier errant, décédait d’un coup de froid, l’adoubant et faisant de lui un chevalier des routes. Tout aurait pu bien se passer pour Dunk, nouvellement chevalier, s’il n’avait rencontré un étrange garçon au crâne luisant surnommé L’Oeuf. De cette rencontre à la fin du tournoi, Dunk et son jeune acolyte devront affronter bien des tempêtes avant de pouvoir reprendre la route.



Cette nouvelle de G. R. R. Martin, tout comme ses romans de la saga Ice and Fire, autrement connu en France comme Le Trône de Fer, a su m’emporter bien loin dans les contrées de Westeros dont elle dépeint le climat, près d’un siècle avant les événements dans lesquels s’engouffreront les Stark. Tout aussi bien écrit, tout aussi bien enchaîné, on nous présente des personnages dont les noms ne sont qu’évoqués au cours des lectures de la série de romans phares… De Aegon Targaryen en passant par le Prince Baelor, en nous présentant quelques maisons telles celle des Lannister ou encore celle des Tarly, on se trouve plongé au milieu des maisons nobles et des petits gens, nous faisant nous immiscer durant le temps de la lecture dans un monde que, nous autres lecteurs de Game of Thrones, semblons connaître comme notre poche. Rapide à lire, contenant ce petit suspens que l’on apprécie tant, cette nouvelle n’en reste pas moins un petit bijou de complexité de liens entre les personnages et maisons pour notre plus grand plaisir. À ceux qui ont pu lire les tomes de la saga, ce premier prélude, suivi de L’Épée Lige, saura vous enchanter tout autant que les fameux romans de l’auteur. 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Laissez-nous vos impressions !