Des Bulles et Des Mots, qu'est-ce ?

Cette fois-ci, on vous propose l'interview d'un membre de l'association. Et pas des moindres puisqu'il s'agit de notre plus jeune membre, spécialiste des Dossiers dans le Bédéozine, qui mettra à l'honneur les femmes dans une animation ce vendredi, le 29 avril, à la Médiathèque Victor Hugo de Saint Dié des Vosges !

Des Bulles et Des Mots, qu'est-ce ?; médiathèque; interview; saint dié; victor higo; mots; bulles;

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ? 

Je m'appelle Aurore et je suis une passionnée de bandes-dessinées, et ce en tout genre. Comme on dit, je suis tombée dans la marmite quand j'étais petite, poussée par deux sœurs et un frère qui sont aussi bédéphiles ! Je suis actuellement étudiante en troisième année en Faculté de Lettres à Nancy, en Licence Etudes Culturelles que je finis d'ailleurs cette année. C'est une Licence assez peu connue mais très intéressante : on y travaille sur le cinéma, la littérature en tout genre, dont le théâtre, les contes, et même les bandes-dessinées ! Plutôt intéressant, non ? Je ne sais pas encore ce à quoi je me destine, deux choix s'offrant à moi : le doctorat et les recherches ou bien le travail en librairie, mais tous deux avec la même spécialité, la bande-dessinée ! 
Sinon que dire de plus ? Ah, si, quelque chose d'important : je fais partie de l'association BDocube ! Mieux vaut ne pas l'oublier si je veux que la Présidente m'ait à la bonne ! (rires) 


Ton projet a lieu le 29 avril, peux-tu nous en parler ? (Origine du projet, votre démarche, sa réalisation,…) 

Bien sûr ! Il s'agit d'une animation culturelle autour de la représentation de la femme en bandes-dessinées. En fait, je suis actuellement en stage dans la Médiathèque où elle aura lieu et il s'agit tout simplement de ma mission : réaliser pour eux une animation sur ce thème. J'ai eu plusieurs réflexions sur d'autres thèmes également mais c'est celui-ci qui a été retenu parmi les deux choix que j'avais présenté (le deuxième étant sur les difficultés des jeunes avec par exemple un auteur comme Blast). Ensuite, tout s'est enchaîné assez vite : il a fallu que l'on décide de ce que je choisirais, si je prenais des œuvres du rayon adulte uniquement ou aussi de la jeunesse (ce que j'ai finalement fait), comment l'animation allait se présenter, etc. A vrai dire, on ne se rend pas forcément compte de la masse de travail qui peut y avoir derrière une « simple » animation : je n'ai eu qu'un mois de travail à proprement parlé dessus et c'était assez intense (rires). Mais ça avance bien, vraiment. Du coup, il s'agira d'une présentation d’œuvres appartenant à la collection de la Médiathèque Victor Hugo, dont certaines nouveautés, autour de différents thèmes (la femme en difficulté, la femme garçon, le personnage féminin, la femme actuelle et la femme historique). Bien qu'il s'agisse d'une présentation, les gens pourront intervenir à tout moment et j'espère vraiment qu'ils le feront : lancer un débat sur l'un ou plusieurs de ces thèmes me plairaient vraiment ! S'il pouvait s'agir d'un échange entre toutes les personnes présentent, se serait vraiment formidable. Mais en attendant, je dois encore peaufiner deux-trois petites choses… Promis, tout sera prêt pour le 29 ! 


Tu es étudiante en Fac de Lettres et en stage à la Médiathèque, comment gère-t-on une telle responsabilité ? 

À vrai dire, c'est assez compliqué (rires). Je me retrouve en plein examen en même temps que de préparer l'animation, ce qui me laisse peu de temps pour me reposer, les révisions et la rédaction de mes dossiers me prenant la majeure partie de mon temps en dehors du stage. Mais curieusement, je trouve ça palpitant ! Je n'ai pas une minute pour penser à autre chose et je trouve cette expérience des plus intéressantes ! Néanmoins, c'est beaucoup de stress, du bon stress, mais tout de même. Malgré tout, on s'en sort et j'ai hâte d'y être et de voir si je serais à la hauteur ! Car oui, c'est aussi un challenge personnel : savoir si je suis capable de monter une animation et de la mener à bon termes. C'est aussi l'occasion de prendre confiance en moi à l'oral, je dois le reconnaître. 


Tu t’occuperas aussi de l’animation, comment l’appréhendes-tu ? 

Très mal ! (rires) Non, à vrai dire, j'ai encore du mal à me dire que c'est moi qui vais l'animer : dans un coin de ma tête, j'ai cette petite voix qui me dit que non, ce n'est pas possible. Eh bien si ! Par contre, je dois reconnaître que c'est assez stressant : il faut dire que je suis ce que l'on pourrait qualifier d'une stressée de la vie… Alors entre les examens et l'animation, je double mon quota de grignotages intempestifs et mes crises existentielles du « est-ce que ça va marcher ?! ». Mais j'ai bon espoir de m'en sortir : après tout, je l'ai mené depuis le début, je devrais être capable de mener à bien le projet ! … Non ? 


Et dernière question, que tu connais très bien, en quelques lignes, peux-tu donner envie à nos lecteurs de venir le 29 avril à la Médiathèque ? 

Haha, ça oui ! 

Eh bien bédéphiles et amateurs, je pense que c'est l'occasion de découvrir non seulement des œuvres qui parlent des femmes dans tous leurs états, qu'il s'agisse d'auteures ou bien de personnages historiques féminins ou même juste des œuvres traitant de la femme, mais aussi de découvrir ce que peut vous offrir une Médiathèque ! D'autant que celle-ci a plutôt une bonne collection de bandes-dessinées de tout horizon ! C'est en plus l'occasion de participer à une discussion sur votre passion ! Et puis, vous pourrez venir soutenir une bédéocubienne, aussi, accessoirement. Ou tout simplement découvrir un membre de l'équipe… Et m'écouter parler… Ou en fait, non, ne venez pas, surtout ne venez pas ! Noooooon !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Laissez-nous vos impressions !