Ai Yazawa




Nom : Ai Yazawa
Date de naissance : 07/03/1967 à Hyôgo
Signe : Poisson
Groupe sanguin : B
Premier manga paru en France : Fever, la rencontre ultime
Œuvres majeures : Paradise Kiss, Gôkinjo et Nana


Cette auteure de manga est née le 7 Mars 1967 dans la préfecture de Hyogo. Comme beaucoup d’auteurs, elle utilise un pseudonyme dérivé du nom d’un chanteur : Eikichi Yazawa, membre et leader du groupe de J-rock Carol. Bien entendu, elle l’a choisi car elle en est fan.

Dès son plus jeune âge, Ai Yazawa manifeste un grand intérêt pour tout ce qui touche aux arts plastiques et en particulier au dessin. Rien d’étonnant à ce qu’elle oriente, plus tard, ses études dans ce sens. Elle choisit de s’intéresser au stylisme qui l’inspirera un peu plus tard lorsqu’elle touchera le monde de la bande-dessinée. Elle se met à dessiner ses propres séries et, chose surprenante, à l’âge de 17 ans elle publie en tant que professionnelle son premier manga, 15 nen me. Cette série lui vaudra un large succès qui n’aura de cesse de croître, même durant ses pauses pour cause de santé comme actuellement. En une quinzaine d’années, cette auteure possède à son actif plus de dix séries, souvent prépubliées dans le même magazine et dans la même maison d’édition, Shueisha. Néanmoins, et en accord avec son envie première de faire partie du monde de la mode, sa série, Paradise Kiss, sera prépubliée dans le magazine de mode Zipper des éditions Shodensha.

Ses œuvres, bien que touchant un public large et de tout âge, ne s’adressent néanmoins pas à tout le monde, se trouvant dans la catégorie Jôsei ou soit des shôjos matures. Le public qu’elle vise en premier lieu est celui des jeunes femmes avec des histoires complexes et adultes, remplient de sentiments forts et doux à la fois tout en mettant ses personnages dans des situations bancales, caractéristiques qui se voient très bien dans sa série Nana. Elle aime aborder le thème de la métamorphose de la jeune fille en femme. L’un des critères de la réussite d’Ai Yazawa est de mettre en situation ses personnages dans un univers extrêmement réaliste, contemporain. Elle est loin des stéréotypes des shôjos classiques et du niais enfantin et sage, ses personnages brassant tous les styles de caractères et pouvant se retrouver dans des situations sombres comme face à la mort ou à l’abandon. Il est aisé de s’identifier à l’un ou l’autre des personnages qui sont hétéroclites.



On la voit aborder différents thèmes allant des déboires dans la société, l’acceptation des changements multiples de la vie, la difficulté de situations du quotidien, tant est si bien que l’on s’y croirait. Ses œuvres sont très imprégnées de son passage dans le monde de la mode (Gôkinjo et Paradise Kiss se passant dans cet univers) mais aussi de l’univers de la musique, très présents au sein de ses histoires tant est si bien que lorsque Nana fût adaptée en animé, il a été décidé de mettre en place deux groupes, deux chanteuses représentants les deux groupes qui s’affrontent dans le manga. Ses inspirations musicales en ressortent tout autant comme son admiration pour les Sex Pistols. Son inspiration de la mode se retrouve également dans ses traits de crayon, ses personnages étant élancés et élégants, très travaillés au niveau vestimentaire, n’hésitant pas à porter de multiples accessoires. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre qu’elle entretient une relation amicale avec une autre auteure fan de mode, Mihona Fujii, auteure de la série comique Gals !



Chacune de ses séries est bourrées de références à ses passions, à ce qu’elle aime, à son style, etc. Toujours agrémenté d’humour et d’excentrisme. Une autre des particularités de son succès est sans aucun doute la continuité qu’elle a mise en place dans ses séries : on retrouve toujours un ou plusieurs personnages de sa précédente série dans l’œuvre qui suit. On retrouve par exemple Ken, le meilleur ami de l’héroïne de Je ne suis pas un Ange, dans Gôkinjo, tout comme le couple principal de Gôkinjo sera présent dans Paradise Kiss de deux manières : nous verrons ce qu’ils sont devenus et nous suivrons une partie de l’aventure de la sœur de Mikako. Les prix qu’elle a reçus pour ses séries ne peuvent que témoigner de leurs succès.

Mêlant la réalité à ses histoires fictives, Ai Yazawa est une de ces rares auteures de mangas féminins à nous dépeindre des situations que nous pourrions rencontrer dans la vraie vie. Sachant parfaitement jouer sur les différentes cordes sentimentales, elle nous entraîne dans un ballet de sentiments qui nous touchent en plein cœur et nous emporte totalement dans son univers. En attendant qu’elle continue de nous faire vibrer, nous lui souhaitons de tout cœur un bon rétablissement et qu’elle se ménage afin de ne pas trop tirer sur sa propre corde !





Ouvrages parus en France :


  • Princess Ai, 2004, éditée par Soleil en France, par Shueisha au Japon, en volumes
  •  Je ne suis pas un ange, 1992 au Japon, 2007 en France, éditée par Delcourt en France, par Shueisha au Japon, en 4 volumes, série terminée
  •  Gôkinjo, une vie de Quartier, 1995 au Japon, 2004 en France, également adapté en un film animé ainsi qu’une série animée en 1995 et 1996, éditée par Akata / Delcourt en France, par Shueisha au Japon, en 7 volumes, série terminée
  •  Paradise Kiss, 2000 au Japon, 2004 en France, également adapté en animé en 2005, un film live a été réalisé en 2011, éditée par Kana en France, par Shodensha au Japon, en 5 volumes, série terminée
  •  Nana, 2000, également adapté en animé en 2006, deux films live ont également été réalisés en 2005 et 2006, éditée par Akata / Delcourt en France, par Shueisha au Japon, en 21 volumes, série mise en pause à cause de problèmes de santé de l’auteure : il ne reste que quelques tomes à sortir, dès qu’elle ira mieux
  • Last Quarter, 1998 au Japon, 2007 en France, aussi adapté en film live en 2004, éditée par Delcourt en France, par Shueisha au Japon, en 3 volumes, série terminée
  •  Une Tempête aux couleurs des cerisiers, 1992 au Japon, 2012 en France, éditée par Akata / Delcourt en France, par Shueisha au Japon, One shot
  •  Fever, la rencontre ultime, 1992 au Japon, 2003 en France, éditée par Tonkam en France, par Asukashinsha au Japon, One shot
  •  Marine Blue, 1990 au Japon, le premier tome est sorti cette année en France, éditée par Delcourt en France, par Shueisha au Japon, en 4 volumes, série en cours en France


Autres œuvres :


  •  Juugo nen me (15年目) - (1986)
  •  Love Letter (ラブレター, Raburetā) - (1987)
  •  Kaze ni nare (風になれ!) - (1988)
  •  Escape (エスケープ, Esukeipu) - (1988)
  •  Ballad made soba ni ite (バラードまでそばにいて) - (1989)
  • Usubeni no arashi (うすべにの嵐) - (1992)


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Laissez-nous vos impressions !